Communiqué de presse - La levée des brevets met en péril les progrès durement acquis dans la lutte contre la COVID-19

Communiqué de presse
Politique en matière de médicaments et de vaccins

Bruxelles, le 6 mai 2021 – La décision de l'administration américaine de soutenir une proposition de levée des brevets sur les vaccins COVID-19 n’est, selon pharma.be, pas la bonne solution pour accélérer la production de vaccins. 

Caroline Ven

"Cette décision à court terme et inefficace de l'administration Biden met en péril les progrès durement acquis dans la lutte contre cette terrible maladie. Bien que nous soyons tout à fait d'accord avec l'objectif de protéger les citoyens du monde entier grâce aux vaccins, la renonciation aux brevets rendra encore plus difficile la victoire dans la lutte contre le coronavirus."

Caroline Ven
CEO pharma.be

"L'augmentation de la capacité à délivrer des doses aux citoyens du monde entier nécessite les compétences et le savoir-faire technique du développeur de vaccins pour amener les organisations de fabrication partenaires à s'engager. Il est tout simplement impossible de parvenir à ce type d'expansion de la capacité en renonçant aux brevets et en espérant que des usines jusqu'alors inconnues dans le monde entier se lanceront dans le processus complexe de la fabrication de vaccins. Une renonciation risque de détourner les matières premières et les fournitures de chaînes d'approvisionnement efficaces et bien établies vers des sites de fabrication moins efficaces où la productivité et la qualité peuvent poser problème. Elle ouvre la porte à l'entrée de vaccins contrefaits dans la chaîne d'approvisionnement du monde entier. L'expansion de la capacité n'est possible que par le biais de partenariats volontaires et collaboratifs entre les innovateurs à l'origine de chaque vaccin et les partenaires fabricants experts. Nous devrions nous attacher à supprimer les obstacles à la collaboration, à garantir la libre circulation des matériaux dans le monde et à poursuivre l'effort de recherche."

Un frein à l’innovation

Depuis le tout début de la crise, l'Europe a été un épicentre pour la COVID-19, la recherche, le développement et l'innovation ; allant de nouveaux diagnostics à la technologie ARNm utilisée dans le premier vaccin approuvé. Cette réponse fondée sur la recherche nous a donné les outils nécessaires pour combattre la pandémie. Une réponse fondée sur un cadre de propriété intellectuelle qui a incité les innovateurs à explorer ces nouvelles technologies. Reconnaissant la genèse de ces outils vitaux, le Parlement européen a voté contre la dérogation le 29 avril 2021 et la Commission européenne est restée cohérente dans son soutien à l'innovation comme clé de la lutte contre la pandémie.

Si l'OMC approuve cette dérogation, les entreprises ne seront plus incitées à poursuivre leurs recherches sur de nouveaux variants, de nouveaux diagnostics, traitements et vaccins pour lutter contre le coronavirus. Dans le même temps, elle ne permettrait pas d'accroître la capacité mondiale de fabrication de vaccins COVID-19. En outre, le retrait des brevets sur les vaccins COVID-19 annihilerait également toute réponse fondée sur l'innovation aux futures pandémies.

Caroline Ven a conclu en disant : "Il est vital que l'Europe continue de défendre l'innovation médicale comme seule voie permanente pour sortir de l'ombre du coronavirus, en soutenant la propriété intellectuelle et en s'opposant à une dérogation. En tant que plaque tournante mondiale pour la fabrication de vaccins, nous devons continuer à nous concentrer sur la création de partenariats et l'investissement dans des installations afin d'accroître la capacité à répondre aux besoins des citoyens européens dans le monde entier."

Become a member

Intéressé(e) à recevoir les nouvelles de pharma.be

Etre au courant de ce qui vie au sein de l'industrie pharmaceutique ? Inscrivez-vous à notre lettre d'information.