Travailler ensemble pour un avenir sain, c'est notre raison d'être !

Newsletter
Secteur
Politique de santé
Politique en matière de médicaments et de vaccins
Working-together-for-a-healthy-future-memorandum-2018
Source : Mémorandum 2018

La Belgique, un aimant pour les sciences de la vie, grâce à des choix ambitieux

Pour réaliser nos ambitions, l'Agence belge des médicaments (afmps) agit comme un accélérateur pour une nation des sciences de la vie, leader en Europe, propageant l'innovation, accordant de l'attention à nos PME et pleinement engagée dans la numérisation.

Nous provoquons une évolution numérique au sein de l'afmps, non seulement dans la manière dont nous travaillons et communiquons avec les partenaires, mais aussi dans les cadres/processus réglementaires existants. La diffusion électronique d'informations sur les produits (ePI) et l'intégration de ce format numérique dans la législation sur la publicité, en incluant la version électronique de la notice scientifique dans le matériel promotionnel destiné aux professionnels de la santé, en sont des exemples.

L'innovation dans le secteur pharmaceutique s'accélère et se traduit par le développement de nouvelles formes de thérapie telles que les médicaments de thérapie innovante (ATMP). Si la Belgique est un acteur mondial dans le développement de nouveaux médicaments et la recherche clinique, c'est aussi grâce à l'afmps qui guide et soutient les entreprises dans la phase initiale de développement des médicaments et dans la recherche clinique. Une expertise ad hoc est nécessaire pour cela. Si l'afmps ne peut offrir le même soutien au développement de nouvelles thérapies, les entreprises pourraient se tournent vers d'autres pays qui disposent de l'expertise nécessaire. Un tel scénario a non seulement un impact négatif sur les éventuels investissements dans notre pays, mais aussi et surtout sur les patients qui devront attendre plus longtemps avant que des médicaments innovants ne leur soient accessibles.

Nous demandons donc la création d'un fer de lance ATMP pour renforcer cela et donner à ce fer de lance la visibilité nécessaire.

Il est nécessaire d'adopter une politique progressive en matière de "thérapies avancées", d'anticorps monoclonaux, de diagnostics et de biobanques, et de mettre en place un plan d'action au sein de l'afmps pour promouvoir la Belgique en tant que lieu privilégié pour la recherche clinique. Nous devons nous concentrer davantage sur la facilitation de l'identification des patients afin de permettre un accès précoce des patients belges aux essais cliniques. La sensibilisation et la compréhension des essais cliniques en général, ainsi que la visibilité des essais cliniques en cours en Belgique pour les patients et les médecins de famille, constituent une partie importante de la réponse au problème du recrutement des patients en Belgique.

Une implication précoce (horizon-scanning) est d'une grande importance pour optimiser et accélérer la mise en œuvre de vaccins innovants en Belgique. pharma.be propose que le fer de lance "vaccins" de l'afmps s'engage activement dans l'analyse d'horizon. De même, le processus de décision concernant l'inclusion d'un nouveau vaccin dans un programme de vaccination doit être fondé sur des preuves, dirigé par le GTCV (Groupe consultatif technique national sur la vaccination) et avec l'application de normes méthodologiques spécifiques au vaccin, y compris le rapport coût-efficacité . En outre, une concertation est nécessaire entre le GTCV et les différentes autorités pour mieux anticiper l'émergence de nouveaux vaccins.

Le parcours du patient pour la délivrance des médicaments doit être rationalisé. La possibilité de retirer son médicament plusieurs fois avec la même ordonnance doit devenir possible pour certaines catégories de médicaments chroniques, avec une attention pour le rôle du médecin prescripteur en collaboration avec le pharmacien.

Les entreprises font tout ce qu'elles peuvent pour éviter l'indisponibilité de leurs médicaments, mais cela arrive quand même. À ce stade, des solutions souples et adéquates permettent de limiter au maximum les conséquences pour le patient. Cela nécessite un effort de la part de tous les acteurs impliqués dans la chaîne de distribution des médicaments, ainsi que le soutien du gouvernement. C'est pourquoi pharma.be joue un rôle actif dans le groupe de travail de l'afmps sur l'indisponibilité, afin de développer ensemble de nouvelles initiatives pour prévenir l'indisponibilité et, surtout, pour assurer la disponibilité. À cette fin, la législation nécessaire est en cours d'élaboration pour éviter le stress des patients et les charges administratives pour les médecins et les pharmaciens qui doivent chercher des alternatives.

Le nouveau règlement européen sur les médicaments vétérinaires doit être appliqué de manière à ce que le secteur belge des médicaments vétérinaires ne subisse pas de concurrence déloyale de la part d'acteurs étrangers.

En tant que secteur pharmaceutique et biotechnologique bienveillant, nous voulons travailler ensemble à l'innovation pour la santé de tous.

pharma.be et ses membres souhaitent le meilleur traitement pour tous, c'est pourquoi nous devons travailler ensemble pour garantir l'utilisation responsable des médicaments et prévenir le gaspillage des soins.

À cette fin, nous souhaitons développer, en collaboration avec tous les acteurs concernés, des mesures visant à promouvoir l'observance thérapeutique et à aider les patients à suivre correctement leur traitement.

De plus en plus de sociétés pharmaceutiques créent des services d'assistance aux patients (Patient Support Services : PSS) dans le but ultime d'améliorer le traitement du patient. L'accent est mis sur le patient, qui se voit offrir un service favorisant le bon usage des médicaments et l'observance. 

pharma.be propose à l'afmps de collaborer sur une base juridique claire et des directives d'accompagnement afin de garantir que les PSS sont légitimes et corrects et donc autorisés.

La législation sur la publicité pour les médicaments date déjà de 25 ans. À cette époque, l'internet et les nouveaux canaux numériques n'étaient pas encore utilisés et la législation ne tient donc pas compte de tous ces nouveaux médias numériques, alors qu'ils sont largement utilisés par tous les acteurs du secteur des soins de santé.

Les entreprises pharmaceutiques souhaitent utiliser les médias numériques, et devraient pouvoir le faire. Contrairement à d'autres industries, qui peuvent faire de la publicité pour leurs produits auprès de n'importe qui, les entreprises pharmaceutiques ne sont pas autorisées à faire de la publicité pour les médicaments sur ordonnance. Nous devons donc chercher des moyens d'utiliser ces outils de communication modernes sans enfreindre la loi.

La révision de cette législation offre une excellente occasion d'élaborer un cadre clair et actualisé pour les médias sociaux et les sites web (par exemple, Twitter, Facebook, Instagram, Pinterest, les blogs, les podcasts, les forums de discussion), tout en maintenant l'accent sur des soins aux patients de haute qualité.

Ann Adriaensen
Ann Adriaensen
Secretary General & Public Health Director
Become a member

Intéressé(e) à recevoir les nouvelles de pharma.be

Etre au courant de ce qui vie au sein de l'industrie pharmaceutique ? Inscrivez-vous à notre lettre d'information.