La sclérose en plaques : l'observance thérapeutique permet au patient de vivre mieux

02/05/2014

Chaque année depuis 2009, le dernier mercredi de mai, a lieu la journée mondiale de la sclérose en plaques, une initiative de la Fédération internationale de la sclérose en plaques (MSIF).


Pour 2014, le thème général choisi est l'accessibilité, avec un accent non seulement sur la mobilité et l'autonomie du patient, mais également sur l'amélioration de son accès à l'information et aux traitements thérapeutiques [1].

La sclérose en plaques (SEP) est l'affection neurologique la plus fréquente chez les jeunes adultes en Europe [2]. Compte tenu du caractère chronique de la maladie, il n'est pas aisé pour le patient de suivre en permanence scrupuleusement la thérapie prescrite. Or une observance thérapeutique insuffisante augmente le risque de rechute [3]. Dans ce cadre, pharma.be, l'Association générale de l'industrie du médicament, souligne l'importance du bon usage des médicaments pour une meilleure qualité de vie et autonomie du patient. Le site web www.bonusage.be offre des informations sur le bon usage des médicaments. Les notices des médicaments des membres de pharma.be se trouvent quant à elles sur www.e-notices.be. 

Faits et chiffres 

La SEP est une affection du système nerveux central (cerveau et moelle épinière) [4], lequel assure le traitement de l'ensemble des signaux ou stimuli extérieurs que reçoit notre corps.Dans la SEP, la couche entourant les axones et facilitant la transmission de l'impulsion neurale, appelée gaine de myéline, est attaquée par des cellules immunitaires. Il s'ensuit une inflammation et une perturbation du flux de signaux. 

Plus de 2,5 millions de personnes souffrent de SEP à travers le monde. En Belgique, le nombre de patients est estimé à 12.000 en 2014. La maladie touche sensiblement plus les femmes, dont la plupart sont diagnostiquées entre 10 et 40 ans [5]. 

Diagnostic et traitement 

La SEP est une maladie extrêmement complexe dont l'origine n'est pas encore tout à fait claire. Les symptômes très variés, qui apparaissent par ailleurs sous forme de poussée, rendent le diagnostic difficile. Perte de puissance et de contrôle des muscles, baisse de la vue, troubles de la coordination et de l'équilibre et fatigue extrême figurent parmi les symptômes les plus courants. 

Alors qu'il y a quinze ans encore il n'existait aucun produit pouvant influencer significativement la progression de cette maladie, plusieurs médicaments sont maintenant disponibles. Une combinaison de thérapies, adaptées aux symptômes spécifiques du patient, est souvent indiquée [6]. 

De nouvelles recherches prometteuses 

Une branche importante de la recherche dans ce domaine se centre actuellement sur l'investigation des réactions immunitaires responsables de la dégradation de la gaine de myéline, le but étant d'arriver à ralentir ou stopper ces processus. Un autre type de recherche tente de réparer les lésions existantes de la gaine de myéline (remyélinisation). La conduction de l'influx nerveux pourrait ainsi également être rétablie. Dans l'avenir, de nouveaux médicaments pourront peut-être être associés à des thérapies existantes pour - simultanément - lutter contre le processus inflammatoire et réparer les lésions [7]. 

La recherche sur la SEP par l'industrie pharmaceutique est active, y compris dans notre pays. Actuellement, 26 études cliniques portant sur la SEP sont en cours en Belgique. 

Récemment, 7 études cliniques menées auprès d'adultes ont pu être clôturées; elles sont cependant encore en cours dans les autres pays concernés. Grâce aux efforts des entreprises actives au plan mondial mais aussi de PME, membres de pharma.be, il existe aujourd'hui plusieurs médicaments qui ralentissement l'évolution de la maladie ou luttent contre ses symptômes. 

Catherine Rutten, CEO de pharma.be : « Ces nouvelles recherches permettent de comprendre toujours mieux le processus pathologique et constituent un véritable vivier pour de nouveaux médicaments qui amélioreront la qualité de vie du patient et de son entourage. Ces recherches sont porteuses d'espoir pour une meilleure prévention et guérison dans le futur. » 

[1] Multiple Sclerosis International Federation (MSIF)

[2] "Nieuw ziektemechanisme bij MS ontdekt", communiqué de presse de la Vrije Universiteit Brussel, juin 2013 

[3] "Une vie de qualité et autonome avec la sclérose en plaques", article dans Medipage, décembre 2013-janvier 2014 

[4] MS Liga Vlaanderen

[5] Fondation Charcot

[6] Brochure "MS INFO Stand van zaken in Multiple Sclerose", éditeur responsable Professeur dr. B. Dubois , Universitaire Ziekenhuizen Leuven 

[7] "SEP: pourra-t-on un jour réparer la myéline?", article publié le 28/02/14