Trois priorités pour le secteur pharma en Belgique : efficacité & sécurité, information et transparence au bénéfice des patients

24/09/2014

L'industrie biopharmaceutique recherche et développe les médicaments de demain. Dans ce cadre, pharma.be et ses 130 entreprises membres actives en Belgique s'investissent continuellement pour assurer l'efficacité et la sécurité des médicaments innovants et l'information et la transparence au bénéfice des patients.


L'efficacité et la sécurité des médicaments, une priorité absolue de toutes les parties concernées pour le bien des patients

Le médicament est un produit extrêmement réglementé. Tout au long du cycle de vie d'un médicament, les entreprises pharmaceutiques appliquent les normes les plus strictes en termes de qualité et de sécurité, ainsi que des contrôles internes et externes permanents.

L'EMA (European Medicines Agency) et l'AFMPS (Agence Fédérale du Médicament et des Produits de Santé) contrôlent l'efficacité et la sécurité de chaque médicament et décident si oui ou non un médicament peut être délivré sur le marché en Belgique. Ce n'est que quand l'AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) est octroyée qu'un médicament peut être mis à la disposition du patient.

La surveillance du médicament (ou pharmacovigilance) est une responsabilité partagée entre l'ensemble des acteurs des soins de santé - l'industrie, l'AFMPS, les médecins et les pharmaciens - et ce notamment en ce qui concerne le reporting des effets secondaires.

Sur base d'évaluations continuelles de la balance bénéfice risque d'un médicament, l'AFMPS et l'EMA ont le pouvoir de limiter l'utilisation d'un médicament, voire même de le retirer du marché et d'en interdire la commercialisation.

Pour de plus amples informations, veuillez consulter en annexe le schéma « Contrôles internes et externes tout au long du cycle de vie du medicament  » (Source : pharma.be). 

L'information, une responsabilité collective à renforcer continuellement

Les médicaments ne sont pas des produits ordinaires. Pour qu'un traitement soit pleinement efficace, il faut qu'il soit administré correctement. Cela implique que les patients, par l'intermédiaire des médecins et des pharmaciens, reçoivent les informations ad hoc.

L'industrie, de par ses obligations légales et les initiatives spécifiques prises par pharma.be, prend ses responsabilités en la matière. Concrètement, pharma.be mène des actions visant à favoriser le bon usage des médicaments auprès des médecins, des pharmaciens et des patients. Ainsi, le site www.e-notice.be, quotidiennement mis à jour et facile d'accès, comprend toutes les notices des médicaments des membres de pharma.be. En parallèle, le site www.bonusage.be reprend des conseils d'utilisation et informe sur la conception et le cycle de vie des médicaments.

pharma.be renforce son Code de Déontologie

De nouvelles avancées médicales et de meilleurs résultats cliniques pour les patients dépendent, entre autres, d'une collaboration efficace - basée sur l'intégrité et l'échange d'informations - entre les industries pharmaceutiques et les professionnels de la santé.

Via son Code de Déontologie - cadre établissant les conditions de ce partenariat avec tous les acteurs de la santé (académiques, médecins, pharmaciens, instances de la santé et organisations de patients) - pharma.be prend régulièrement des initiatives visant à renforcer la transparence qui régit ces échanges.

Récemment, le Code de Déontologie de pharma.be a été renforcé sur deux aspects :

  • Une première modification, qui entre en vigueur le 29 septembre prochain, interdit - pour les médicaments soumis à prescription - aux représentants de l'industrie d'offrir aux professionnels de la santé des objets gratuits même s'ils sont de faible valeur tels qu'un bloc-notes, un stylo, des gants, des mouchoirs ou encore des post-its. Il reste autorisé, sous certaines conditions, de distribuer du matériel de faible valeur à caractère purement informatif ou éducationnel comme, par exemple, des brochures. Ces dispositions dépassent les exigences légales en la matière.
  • Une deuxième modification entrée en vigueur le 29 mars 2014 porte sur l'établissement de montants maximums pour les repas et boissons offerts à des professionnels du secteur de la santé lors de manifestations scientifiques [1].  

Catherine Rutten, CEO pharma.be: « pharma.be s'engage dans une approche résolument holistique qui valorise une meilleure qualité des soins, au-delà de la mise à disposition de médicaments, et rappelle sa confiance dans le rôle indispensable joué par les médecins et les pharmaciens afin que le patient obtienne les conseils et/ou les traitements les plus appropriés. Chaque jour, le secteur biopharmaceutique recherche et développe des médicaments innovants, sûrs et efficaces pour le patient. » 

[1] Ces montants, également basés sur les directives établies à ce propos par Mdéon, sont les suivants :

  • Pour les manifestations se déroulant sur plusieurs jours consécutifs, la valeur d'un lunch ne peut dépasser 40 euros (boissons comprises) et la valeur d'un dîner ne peut dépasser 75 euros (boissons comprises).
  • Pour les manifestations se déroulant sur un seul jour calendrier, la valeur des repas ne peut dépasser 40 euros par lunch et 75 euros par dîner, tout compris (boissons, taxes, location de salle, ...), au prix du marché.
  • Une hospitalité maximale de 40 euros (lunch) + 75 euros (dîner) ne peut être offerte que lorsque le programme prévoit minimum six heures d'activités scientifiques effectives.