COMMUNIQUÉ DE PRESSE - PHARMA.BE SOULIGNE L’IMPORTANCE DES MEDICAMENTS INNOVANTS DANS LA LUTTE CONTRE LE CANCER

04/02/2021

A l’occasion de la Journée mondiale contre le cancer, l’association générale de l’industrie du médicament pharma.be ainsi qu’EFPIA saluent le « Beating Cancer Plan » de l’Union européenne et des composantes mettant l’accent sur le suivi des progrès. A cette occasion, pharma.be met également en exergue une récente étude démontrant l’impact positif des médicaments sur les patients atteints du cancer ainsi que sur la société.


Alors que le monde entier s’est retrouvé, l’an dernier, sous le joug du coronavirus, environ 1,3 million de personnes succombaient des suites d’un cancer en Europe. Sans actions supplémentaires, le nombre de cas de cancers est appelé à augmenter de 25 % d’ici 2035, ce qui ferait de cette maladie la première cause de mortalité. Les arguments en faveur d’une coopération concertée entre les pays pour lutter contre le cancer n’ont jamais été aussi solides. Nous saluons dès lors l’initiative de l’UE de créer le Plan européen de lutte contre le cancer. Ce dernier guidera les pays dans leurs efforts et comprendra un engagement envers des objectifs et des actions communs.

Il est également important de souligner que, grâce aux progrès réalisés par la médecine, les Belges vivent plus longtemps et en meilleure santé. Une récente étude, réalisée par le bureau indépendant Seboio à la demande de pharma.be et intitulée «Twenty years of high societal impact – The Value of Medicines in Belgium», démontre qu’au cours des vingt dernières années, les personnes en âge de travailler ont gagné 3,4 années dans leur vie active. Pour la seule année 2017, cela représente une contribution supplémentaire pour l’économie du pays de 5,4 milliards d'euros, dont 73 % peuvent être attribués aux nouveaux médicaments.

Ainsi, en 2019, le nombre de chimiothérapies ou traitements hormonaux pour traiter le cancer du sein est passé à 19 traitements bio-pharmaceutiques - avec des durées de traitement plus courtes et moins d’effets secondaires - contre 8 en 2000, amenant le taux de survie global à 5 ans des personnes souffrant d’un cancer du sein de 85 % à 91 % entre 2000 et 2019.

De la même manière, la mise sur le marché de vaccins contre le cancer du col de l’utérus pourrait faire chuter le nombre de cas d’environ 90 %, voire même éradiquer la maladie. Le coût sociétal total du cancer du col de l’utérus étant de 94,4 millions d’euros par an en Belgique et le coût annuel pour la vaccination étant de 24 millions d’euros, une baisse projetée de 90 % de cas grâce au vaccin pourrait générer un gain de 69,5 millions par an.

Caroline Ven, CEO de pharma.be : « Les médicaments et les vaccins jouent un rôle majeur dans le traitement des principales maladies et dans l’amélioration de la qualité de vie des patients. Ces effets bénéfiques ont également des conséquences positives directes pour la société dans son ensemble, parce que les patients guéris ou bien soignés continuent à participer à la vie sociale et économique. Aujourd’hui, nos entreprises intensifient leurs efforts pour lancer des traitements innovants plus ciblés et plus personnalisés qui vont donner de nouvelles perspectives aux patients. Mais ces challenges nécessitent une approche intégrée. »

En savoir plus sur le Plan européen de lutte contre le cancer : cliquez ici