Communiqué de presse - UNE ÉTUDE RÉCENTE DÉMONTRE L’IMPACT POSITIF DES MÉDICAMENTS SUR LES PATIENTS ET LA SOCIÉTÉ

25/01/2021

Bruxelles, le 25 janvier 2021 - Un mois après le début de la vaccination contre le coronavirus, l’association générale de l’industrie du médicament pharma.be souligne les énormes efforts des chercheurs, spécialistes et employés depuis le début de la pandémie. La plus grande partie de leur travail se déroule dans le silence, mais a un impact très important sur notre vie. En moins d’un an, cette collaboration unique a livré un tour de force sans précédent qui protègera la société dans un avenir certain et mettra ainsi fin à la pandémie.


A côté des efforts pour développer des vaccins et des traitements contre la Covid-19, la recherche et le développement de médicaments innovants contre d’autres maladies et pathologies se poursuit sans relâche. Le bureau indépendant Seboio a, à la demande de pharma.be, calculé la plus-value de ces avancées dans ce domaine ces dernières années. Au cours de ces 20 dernières années, le taux de mortalité prématurée en Belgique pour les accidents vasculaires cérébraux, le diabète de type I et l'insuffisance cardiaque, a diminué respectivement de 17, 30 et 40% grâce aux médicaments innovants, principaux traitements pour ces maladies. Pour l’hépatite C et le VIH (virus du sida), la réduction du taux de mortalité monte jusqu’à 60 et 65%.

Les Belges vivent plus longtemps et en meilleure santé

Grâce aux progrès réalisés par la médecine, les Belges vivent plus longtemps et en meilleure santé. Leur espérance de vie moyenne est aujourd’hui de 81,3 ans. A l’inverse, la mortalité prématurée a diminué de 22% entre 2001 et 2015. Les raisons en sont multiples : meilleurs modes de vie, prévention accrue, détection plus précoce, diagnostics plus fiables, meilleure chirurgie et médicaments plus efficaces.

Comment le développement de ces traitements pharmaceutiques et vaccins a contribué à cette évolution positive ? C’est à cette question que tente de répondre l’étude de pharma.be. Intitulé «Twenty years of high societal impact – The Value of Medicines in Belgium», ce rapport a calculé l’impact, quantitatif et qualitatif, qu’ont eu les médicaments innovants au cours de ces 2 dernières décennies, tant pour les patients et leurs familles que pour la société dans son ensemble.

Augmentation de l’espérance de vie, amélioration de la qualité de vie et impact sociétal

Pour les patients, cette valeur se mesure en termes de survie et de maintien de la qualité de vie. Les avantages économiques générés (réduction d’absentéisme, productivité, paiement des impôt…) sont également pris en considération. Au cours des vingt dernières années, les personnes en âge de travailler ont ainsi gagné 3,4 années dans leur vie active. Pour la seule année 2017, cela représente une contribution supplémentaire pour l’économie du pays de 5,4 milliards d'euros, dont 73% peuvent être attribués aux nouveaux médicaments.

Le rapport montre que les médicaments innovants ont joué un rôle majeur dans le traitement de nombreux cancers et maladies chroniques, confirmant une étude internationale menée au cours de la première décennie selon laquelle les médicaments innovants seraient responsables à 73 % de l'augmentation de l'espérance de vie dans les États membres de l'OCDE, dont la Belgique.

En voici les principaux résultats :

  • Au cours de ces 20 dernières années, les taux de mortalité précoce pour des maladies fréquentes en Belgique comme la BPCO (broncho-pneumopathie chronique obstructive), les accidents vasculaires cérébraux, l'insuffisance cardiaque, et le diabète de type I ont diminué de 8 à 40% grâce aux médicaments qui sont les principaux traitements pour ces pathologies.
  • Dans le domaine des maladies cardio-vasculaires, le taux de mortalité a chuté de 45% depuis 2000. Grâce aux nouveaux médicaments, le nombre de décès a pu être réduit de 4.000 unités par an.
  • Dans le domaine du diabète, 70 nouveaux traitements ont été mis sur le marché au cours de ces 20 dernières années. Avec à la clé, une amélioration majeure de la qualité de vie des patients.
  • Le VIH (virus du sida) est aujourd’hui une maladie chronique - et non plus mortelle - que l’on peut soigner grâce aux médicaments. Environ 90 % des patients traités peuvent mener une vie professionnelle normale et ainsi contribuer à l'économie du pays.

Six maladies examinées à la loupe

Pour découvrir nos fiches informatives sur des pathologies courantes telles que le cancer du sein, la polyarthrite rhumatoïde, le cancer du col de l’utérus, la dépression, l’épilepsie et l’hépatite C, suivez ce lien.

Caroline Ven, CEO de pharma.be : « Cette étude démontre, chiffres à l’appui, le rôle majeur assumé par les médicaments et les vaccins dans le traitement des principales maladies et dans l’amélioration de la qualité de vie des patients. Ces effets bénéfiques ont également des conséquences positives directes pour la société dans son ensemble, parce que les patients guéris ou bien soignés continuent à participer à la vie sociale et économique. Aujourd’hui, nos entreprises intensifient leurs efforts pour lancer des traitements innovants plus ciblés et plus personnalisés qui vont donner de nouvelles perspectives aux patients. Mais ces challenges nécessitent une approche intégrée. Le Covid-19 nous l’a appris: ce n’est qu’en collaborant avec toutes les parties prenantes que nous continuerons à apporter de la valeur aux patients belges et à notre système de soins de santé. »

Vous trouverez tous les résultats et détails sur la méthodologie utilisée ici.

 

Contact presse pharma.be :

David Gering - Communications Director

dg@pharma.be +32 478 72 70 70