Communiqué de presse - LA FUITE SUR LES PRIX DES VACCINS POURRAIT NUIRE AU GOUVERNEMENT

18/12/2020

pharma.be, l’organisation qui regroupe pas moins de 130 entreprises pharmaceutiques innovatives en Belgique s’inquiète de la publication récente de données concernant les prix européens des vaccins contre la Covid-19. Selon pharma.be, cette fuite constitue une infraction grave à la clause de confidentialité stipulée dans les contrats entre la Commission européenne et les entreprises concernées.


La confidentialité des vaccins, établie de manière contractuelle, a pour avantage important que les prix et le conditions des entreprises concurrentes ne sont pas connus des producteurs en cours de négociation pour leur propre vaccin. Des accords sur les prix et des consultations entre les entreprises sur leurs conditions sont dès lors interdits pour cause de règles de concurrence, ce qui est dans l’intérêt du gouvernement et du citoyen. La fuite d’informations contractuelles confidentielles n’implique donc pas seulement une rupture de contrat, mais représente également un problème pour les règles de concurrence.

La cause des différences de prix

Les écarts de prix entre les vaccins disponibles s’expliquent par les différences en termes de structure de coûts, pas seulement sur le plan de la recherche et du développement mais également de la production et de la logistique. Il est d’ailleurs à noter que les prix des vaccins contre la Covid-19 sont très raisonnables en comparaison avec la grande rapidité de leur développement et des risques qui y sont liés. A titre comparatif : en Belgique, le prix coûtant du vaccin contre la grippe est de 9,22 euros, avec un prix de vente de 16,39 euros en pharmacie.

Caroline Ven, CEO de pharma.be, déclare :

« La pandémie de Covid-19 a démontré de manière dramatique à quel point notre vie socio-économique est fragile si nous n’arrivons pas à combattre une maladie grave voire même mortelle, et hautement contagieuse.

Le début de la vaccination de la population est une très grande avancée mais la publication récente des différences de prix entre les vaccins disponibles est extrêmement inquiétante. Nous soutenons que la confidentialité vaut surtout dans l’intérêt du gouvernement. Le devoir de confidentialité assure que les entreprises pharmaceutiques ne soient pas au courant des accords de l’une et de l’autre. Ceci donne l’opportunité aux gouvernements de négocier de meilleures réductions. Les entreprises ne peuvent pas s’accorder sur les prix, ce qui devient possible dès lors que les données sur les prix sont divulguées.

Lors des négociations avec la Commission européenne, des prix très raisonnables ont été stipulés afin que tous les Etats-membres qui le souhaitent puissent vacciner et protéger leur population. Supposons par exemple que tous les Belges soient vaccinés avec le vaccin le plus cher, à 15 euros par personne, cela représente un prix de revient de 330 millions d’euros pour l’Etat, à éventuellement majorer du coût d’administration du vaccin. Cela ne représente rien par rapport aux 17,5 milliards d’euros que ce même gouvernement a déjà du débourser en mesures de compensation de revenus pour les citoyens et les entreprises cette année.

L’écosystème belge particulièrement précieux dont font partie les entreprises pharmaceutiques pâtit du non-respect des conditions contractuelles telles que la confidentialité. Il est essentiel de respecter les règles et les obligations afin de fournir les innovations pharmaceutiques au meilleurs prix et le plus rapidement possible aux citoyens. »