23 mars 2018 – Amgen élu au Conseil d’administration de pharma.be lors de l’assemblée générale de l’association

26/03/2018

Lors de l’AG de pharma.be du 23 mars 2018, les sièges vacants au Conseil d’administration ont été pourvus pour une durée de trois ans. Amgen, représentée par Corinne Blachier Poisson Buffet a été élue comme nouveau membre du Conseil d’administration. En outre, les mandats de AbbVie, Celgene, Eli Lilly et Pfizer, représentées respectivement par Thibault Massart, Michel Collard, Frédéric Clais et Karel Van De Sompel, ont été prolongés pour une période de trois ans.

Nous souhaitons la bienvenue à Amgen, félicitons les membres reconduits dans leur mandat et remercions les autres candidats pour leur intérêt à occuper un siège au Conseil d’administration.

Nous tenons à remercier spécialement Boehringer Ingelheim, et en particulier monsieur Pascal Piedbois et son équipe, pour son investissement sans faille durant ces trois dernières années en tant que membre du Conseil d’administration.

Le Conseil d’administration se réunira pour la première fois dans sa nouvelle composition le mercredi 25 avril 2018.

Cliquez ici pour consulter la nouvelle composition du Conseil d’administration.

En guise de clôture, le Dr Ri de Ridder, directeur général de l’INAMI qui prendra sa pension dans quelques semaines, a exposé sa vision sur l’avenir des soins de santé et sur la politique des médicaments en Belgique.

Dr Ri De Ridder : « Embrace the change, embrace the innovation and bring it back to patients »

Le patron de l’INAMI a tout d’abord analysé quelques chiffres marquants de la consommation et des dépenses en médicaments, et a ensuite partagé sa vision sur la politique pharmaceutique de demain. A cet égard, le changement semble être le fil rouge. Tant le rôle du pharmacien – notamment – que celui du citoyen (« quel est le degré de satisfaction du citoyen concernant la politique des soins de santé? ») seront considérablement modifiés, en partie en raison de l’introduction de nouvelles technologies dans les soins de santé et de la disponibilité d’un plus grand volume de données. Avec pour conséquence non seulement une plus grande efficacité en termes de santé, mais également un débat éthique sur les limites de la responsabilité en matière de soins, entre l’individu et la société.

Le Dr De Ridder a clôturé son exposé sur l’existence d’une tension entre globalisation et innovation locale. Le HTA, BeNeLuxA, le MoCA, le système d'horizon scanning, la MEA et le RWE offrent selon lui une réponse aux évolutions globales. C’est en revenant à la santé et aux soins de santé au niveau de la population, en décentralisant la gestion de la santé publique et, enfin, en collaborant de façon plus intense au plan international que nous pourrons nous préparer à l’avenir, a expliqué le Dr De Ridder.