La Belgique se dote d’outils uniques en Europe pour assurer sa capacité d’innovation biopharmaceutique

Le gouvernement fédéral approuve les conclusions de la plateforme R&D Biopharma et prépare la Belgique scientifique de demain

19/12/2017

pharma.be se réjouit des conclusions de la plateforme « R&D Biopharma », qui ont été validées et présentées ce matin par le premier ministre Charles Michel, les vice-Premiers ministres fédéraux de l’Economie, des Affaires Etrangères, le ministre des Finances représenté par le ministre de l'Intérieur, les ministres fédéraux de la Santé et du Budget et en présence des dirigeants de l’industrie.

La plateforme R&D Biopharma est une initiative du gouvernement fédéral qui rassemble les membres du gouvernement fédéral, les représentants des quatre sociétés « Health, Science and Technology » (GSK, Janssen, Pfizer, UCB), la société Novartis et l’association coupole pharma.be.

Catherine Rutten, CEO de pharma.be : « Le 19 décembre 2017 marquera l’histoire de la recherche et du développement dans notre pays. Après le pacte d’avenir, les mesures annoncées aujourd’hui donnent un signal fort pour maintenir et développer la recherche dans le secteur du médicament. Ces mesures vont faciliter l’accès à l’innovation pour les patients en Belgique et, dans le même temps, consolider la position de la Belgique au niveau mondial. L’adoption des conclusions de la plateforme R&D Biopharma assure également la concrétisation d’une vision à long terme, nécessaire pour notre secteur. »

Sonja Willems, présidente de pharma.be : « Les entreprises du médicament jouent un rôle moteur dans l’économie belge. Le secteur biopharmaceutique peut compter sur l’expertise de 35 000 employés et la présence de plus de 200 entreprises innovantes (dont 15 à 20 ont leur siège en Belgique). Parmi elles, quelque 32 sites de production, mais aussi et surtout l’excellence de plus de 4 400 chercheurs qui contribuent chaque jour à des avancées thérapeutiques pour les patients du monde entier. L’élan donné aujourd’hui renforce la position de la Belgique pour les années à venir. »

Les décisions les plus importantes de la plateforme R&D Biopharma sont :

1. L’installation de l’observatoire de l’industrie biopharmaceutique

Il s’agit d’un dispositif unique au niveau européen. L’observatoire a pour mission de formuler des recommandations destinées à maintenir le haut niveau d’expertise et la compétitivité du secteur biopharmaceutique en Belgique. Véritable tableau de bord pour guider la Belgique vers le futur, il concentrera l’ensemble des indicateurs (scientifiques, économiques, fiscaux, etc.) et pourra mesurer en permanence l’attractivité de notre pays afin de protéger et de développer ses atouts biopharmaceutiques.

L’observatoire sera piloté par le gouvernement et intégré dans le SPF Economie. Il réunira des acteurs publics, privés et académiques et soumettra tous les 2 ans une analyse de la compétitivité de notre pays en ce qui concerne les investissements dans la recherche et le développement biopharmaceutiques.

Dr Stef Heylen, Managing Director de Janssen Pharmaceutica SA : « Par cette décision de mettre sur pied un observatoire de l’industrie pharmaceutique, le gouvernement reconnaît l’importance stratégique de ce secteur et se dote d’un instrument qui contribuera à maintenir la position prépondérante de la Belgique dans ce domaine. »

2. Un rôle renforcé pour l’Agence Fédérale des Médicaments et des Produits de Santé (afmps) et l’exportation d’un savoir-faire belge

Avec le renforcement du Bureau de l’Innovation, l’afmps, confrontée à l’accélération des techniques de recherche, bénéficiera de moyens adéquats pour adapter son expertise à l’impact des nouvelles technologies sur la mise au point des médicaments d’avenir. L’ambition est aussi de positionner la Belgique en tant que « Reference Inspection State », en élargissant le nombre de pays qui reconnaissent les contrôles et inspections des sites de production biopharmaceutique menés par l’agence fédérale. La bonne connaissance du terrain des inspecteurs est une force de notre pays qui pourra être citée en exemple et validée à l’étranger. Le cadre réglementaire des contrôles sera adapté afin de permettre cette reconnaissance internationale.

Luc De Bruyne, CEO de GSK vaccins : « Je suis très content que le gouvernement souhaite profiler la Belgique comme un ‘pays de référence pour les inspections’. Cela implique que nous tendions vers une inspection encore plus stricte par nos autorités régulatrices, afin de convaincre d’autres pays de reconnaître en tant que telles les inspections organisées en Belgique. Ceci permettrait en effet d’éviter des inspections redondantes. C’est une donnée importante certainement pour GSK, étant donné que près de 95 % de notre production de vaccins en Belgique est destinée à l’exportation»

3. Un cadre fiscal adapté pour stimuler de la recherche en Belgique

Pour encore mieux positionner la Belgique comme pays d’accueil de l’expertise mondiale dans la recherche et le développement biopharmaceutiques, un cadre fiscal spécifique est mis en place pour les métiers de l’innovation. Le régime de dispense partielle de versement du précompte professionnel sera étendu à certains profils bacheliers actifs en R&D. Dans les disciplines équivalentes, les diplômes de bacheliers étrangers seront assimilés aux diplômes de bacheliers belges. Cette décision ne profitera pas uniquement à l’industrie pharmaceutique, mais à tous les secteurs de notre pays actifs dans l’innovation.

Dr Jean-Christophe Tellier, CEO d’UCB : « Les entreprises pharmaceutiques qui investissent considérablement dans la R&D ont absolument besoin d’un environnement fiscal stable et compétitif. Par la réforme fiscale annoncée et les efforts permanents consentis par le gouvernement belge pour soutenir les entreprises innovantes, la Belgique confirme une fois de plus sa volonté de rester un terrain propice à l’innovation. »

4. Un engagement fort pour la santé mondiale

Avec la création d’une plateforme de dialogue permanente, une nouvelle dynamique verra le jour afin de relever les défis sanitaires au niveau planétaire. Cette dynamique sera créée sur la base d’une coopération renforcée entre la Belgique, l’Union européenne et l’Organisation mondiale de la santé. Cette initiative souligne le rôle important que jouent les entreprises pharmaceutiques belges pour la santé mondiale.

Karel Van De Sompel, General Manager de Pfizer en Belgique et au Luxembourg : « Pour Pfizer, cette décision du gouvernement belge de concrétiser le dialogue entamé au sujet de la politique internationale dans le cadre de la biopharma plateforme est un signal plus qu’encourageant. Cette attitude positive et cette ouverture au dialogue ne passeront certainement pas inaperçues au niveau de notre siège à New York. Et donc, en tant que Belge, je ne peux que continuer à me battre pour encourager notre pays à poursuivre dans cette incroyable voie. Et je n’en suis pas peu fier ! »

Pour de plus amples informations :

Stefaan Fiers, woordvoerder NL pers - 0476 76 90 77 – sf@pharma.be

Gregory Willocq, porte-parole presse FR - 0475 98 09 03 – gw@pharma.be