animal health

  • 12,8% de baisse dans l’utilisation d’antibiotiques chez les animaux en 2018

    En 2018, l’utilisation des antibiotiques à usage vétérinaire a baissé de 12,8 %. Il s’agit de la plus importante baisse annuelle depuis que le secteur s’est engagé à réduire l’utilisation des antibiotiques chez les animaux dans notre pays. Le recul enregistré depuis 2011 (année de référence) est désormais de 35,4% selon le rapport AMCRA publié aujourd’hui.

    Lire la suite
  • NEW BROCHURE: pharma.be: the voice of the animal health industry in Belgium - Animals need our care too

    More than 1 out of 4 Belgian households have at least one cat, and more than 1 out of 5 have at least one dog. Almost 2 out of 3 of Belgians say to eat meat at least 4 times a week. We do not often reflect on it, but human and animal are part of the same ecosystem. Therefore, healthy animals mean healthy people.

     

    Lire la suite
  • Nouveau règlement européen à venir

    L'opinion de l'expert Davy Persoons (Public & Animal Health Manager chez pharma.be)

    Ce nouveau règlement européen est le résultat de neuf années d’intenses concertations. Lancée seulement en 2017, la négociation tripartite entre la Commission européenne, le Parlement européen et le Conseil européen s’est achevée le 5 juin 2018 sur un consensus. Après le vote du texte par le Parlement européen qui devrait intervenir prochainement, la mise en œuvre des 86 "implementing and delegated acts" pourra commencer.

    Plusieurs objectifs ambitieux sont à la base du nouveau règlement :

    Tout d’abord, il s’agit de renforcer la disponibilité des médicaments à usage vétérinaire en Europe, afin de rendre accessibles à temps et partout les meilleurs traitements ou soins préventifs pour tous les animaux.

    Deuxièmement, le but est de stimuler l’innovation. Nous constatons en effet que le nombre de dossiers d’enregistrement pour de nouvelles molecules a baissé ces dernières années. Parmi les causes souvent avancées figurent les lourdes procédures administratives qui doivent être suivies, par exemple en matière d’enregistrement et de suivi post-marketing. En s’attaquant plus efficacement à cette charge administrative, le règlement européen offre plus d’espace pour investir dans l’innovation. Ainsi les rapports périodiques de pharmacovigilance standards seront-ils remplacés par un système plus moderne basé sur la détection de signaux de pharmacovigilance et la gestion des risques. Ce système permet en outre une réaction plus rapide et plus ciblée en cas d’effets indésirables graves. Par ailleurs, de nouvelles règles concernant l’étiquetage favorisent elles aussi l’efficacité : les textes suivis pourront être remplacés par des pictogrammes et des abréviations universelles, ce qui permettra d’utiliser des emballages valables pour plusieurs pays et devrait dès lors améliorer la disponibilité. La procédure d’enregistrement centrale (c’est-à-dire la procédure d’enregistrement menant à une autorisation valable dans toute l’UE) joue un rôle majeur dans l’unification du marché. Si à l’heure actuelle cette procédure n’est applicable qu’aux nouvelles molécules ou aux médicaments vétérinaires biologiques, elle le sera à l’avenir pour tous les types de medicaments.

    La nouvelle législation accorde également plus d’attention à l’environnement et à l’utilisation responsable des antimicrobiens chez les animaux. Des études d’impact sur l’environnement sont demandées depuis 2005 pour les médicaments vétérinaires. Dans le cadre d’une procédure d’harmonisation, cette demande est maintenant étendue, de sorte à supprimer les disparités entre Etats membres pour un même medicament.

    En ce qui concerne la chaîne de distribution également, des changements substantiels sont en préparation. Ainsi, les autorisations des grossistes-répartiteurs, la prescription de médicaments vétérinaires et la vente en ligne de médicaments vétérinaires non soumis à prescription seront valables dans toute l’Europe. On assiste donc à la mise en place d’un cadre réglementaire européen clair pour l’exercice de la médecine vétérinaire au-delà des frontières.

    Enfin, l’accent est également mis sur l’enregistrement des données. L’utilisation de médicaments chez les animaux producteurs de denrées alimentaires devra faire l’objet d’un enregistrement rigoureux. Il s’agit ici d’animaux qui produisent du lait, de la viande ou des œufs pour la consommation humaine.

    Cette nouvelle législation est le résultat d’un travail intense et de longue haleine. Elle offre des opportunités dans de nombreux domaines et actualise des règles importantes. Réjouissons-nous déjà de la prochaine entrée en vigueur du règlement et de son implémentation dans les différents Etats membres qui conduiront à une médecine vétérinaire harmonisée et plus efficace.

     
    Davy Persoons
    10/2018

     

     

    Plus d’informations :http://www.consilium.europa.eu/fr/press/press-releases/2018/06/13/veterinary-medicines-new-eu-rules-to-enhance-availability-and-fight-against-antimicrobial-resistance/

    Lire la suite
  • LUTTE CONTRE L’ANTIBIORESISTANCE EN MEDECINE VETERINAIRE EN BELGIQUE

    DEUX DES TROIS OBJECTIFS DE REDUCTIONS D'UTILISATION D'ANTIBIOTIQUES CHEZ LES ANIMAUX LARGEMENT ATTEINTS

    2017 est la meilleure année depuis la mise en place des objectifs communs de réduction d’utilisation d’antibiotiques fixés par l’AMCRA, les Autorités et les secteurs signataires de la « convention antibiotique » du 30 juin 2016.

  • Strijd tegen antibioticaresistentie in de diergeneeskunde in België.

     

    TWEE VAN DE DRIE REDUCTIEDOELSTELLINGEN OVER HET ANTIBIOTICAGEBRUIK BIJ DIEREN RUIMSCHOOTS BEHAALD

    2017 is het meest succesvolle jaar sinds het vooropstellen van de reductiedoelstellingen over antibioticagebruik bij dieren, onderschreven door AMCRA, de bevoegde autoriteiten en de ondertekenende organisaties van het "antibioticaconvenant" van 30 juni 2016.

    Lire la suite
  • Davy Persoons (pharma.be) : « Une approche durable en Belgique pour réduire l’utilisation d’antibiotiques chez les animaux »

    Davy Persoons, Animal Health Coordinator chez pharma.be, réagit aux chiffres de BelVetSAC 2016, un rapport annuel de la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Gand, qui analyse l’utilisation d’antibiotiques chez les animaux en Belgique.

    Lire la suite
  • Dr Herbert Ossemann (familiebedrijf Prodivet) : “Belangrijk in de dierengezondheid om terughoudend en verantwoordelijk te handelen"

    Een interview met Dr Herbert Ossemann, Directeur-generaal van Prodivet Pharmaceuticals.

    Lire la suite
  • Dr Herbert Ossemann (Prodivet - entreprise familiale) « En matière de santé animale, il faut agir avec mesure et responsabilité »

    Une rencontre avec le Docteur Herbert Ossemann, directeur général Prodivet Pharmaceuticals.

    Lire la suite
  • Davy Persoons (pharma.be) : “Een duurzame aanpak om het antibioticagebruik bij dieren in België te verminderen”

    Davy Persoons, Animal Health Coordinator bij pharma.be, reageert op de BelVetSac 2016 cijfers, een jaarlijks rapport van de Faculteit Diergeneeskunde van de UGent, dat het gebruik van antibiotica bij dieren in België in kaart brengt.

    Lire la suite
  • 30th anniversary of IFAH-Europe : interview with Roxane Feller, Secretary General at IFAH-Europe

    2017 is a milestone year for IFAH-Europe, since the association is representing the animal health industry in Europe for 30 years! On this occasion, pharma.be, a proud member of IFAH-Europe,interviewed Roxane Feller on past achievements, current challenges and future opportunities of the animal health industry in Europe.

    Lire la suite
  • Eddy Thomas (Elanco Animal Health): « Une alimentation saine et des animaux de compagnie en bonne santé enrichissent notre vie »

    Interview d’Eddy Thomas (Elanco Santé Animale)  sur les plus grands défis du secteur de la santé animale.

    Lire la suite
  • Eddy Thomas (Elanco Animal Health) : “Gezonde voeding en gezonde huisdieren verrijken het leven van de mens”

    Interview met Eddy Thomas (Elanco Animal Health) over de grootste uitdagingen voor de Animal Health sector.

    Lire la suite
  • Antibiotiques

    pharma.be insiste beaucoup sur l’importance des antibiotiques, des traitements extrêmement précieux pour favoriser la santé de l’homme et de l’animal. Leur processus de développement est long et complexe et demande par conséquent des investissements importants de la part du secteur pharmaceutique. Il est essentiel que ces médicaments fassent l’objet d’un usage correct et rationnel, qui limite le plus possible la survenue de résistances aux antimicrobiens.

    Ce n’est que moyennant une stratégie d’utilisation durable que nous pourrons continuer à compter sur les antibiotiques à plus long terme et garantir la préservation de la santé animale et de la santé publique.

    Responsible Use of Antibiotics: As little as possible, as much as necessary - by AnimalhealthEurope

    L’AMCRA, le centre de connaissances Antimicrobial Consumption and Resistance in Animals en Belgique

    Pour préserver la santé publique et la santé et le bien-être des animaux, le centre d’expertise AMCRA se bat pour faire reculer la résistance aux antibiotiques dans notre pays. Pour réaliser cet objectif, l’AMCRA formule des avis qu’il diffuse en toute neutralité et en toute objectivité, tout en réalisant un important travail de sensibilisation pour parvenir en Belgique à une réduction rationnelle de l’usage des antibiotiques en médecine vétérinaire. Son action a un impact majeur sur la santé publique des générations tant actuelle que futures.

    Les membres de l’AMCRA ont rédigé conjointement une vision 2020, une feuille de route qui avance des pourcentages de réduction ambitieux mais réalisables à l’horizon 2020 – réduction de moitié de l’utilisation globale des antibiotiques et baisse de 75 % du recours aux produits les plus critiques. En ce qui concerne les aliments médicamenteux, l’organisation place la barre plus haut encore, puisqu’elle préconise une baisse de 50 % d’ici à 2017.

    Consultez la Vision 2020 et la position de pharma.be

    L’AMCRA est soutenue et financée par les partenaires suivants :

    • l’Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire (AFSCA)
    • l’Agence Fédérale des Médicaments et des Produits de Santé (AFMPS)
    • la Commission Belge de Coordination de la Politique Antibiotique (BAPCOC)
    • l’Association Générale de l’Industrie du Médicament (pharma.be)
    • l’Agrofront : la Fédération Wallonne de l’Agriculture (FWA), le Boerenbond (BB) et l’Algemeen Boerensyndicaat (ABS)
    • l'Association Professionnelle des Fabricants d'Aliments Composés pour Animaux (BEMEFA)
    • le Conseil Régional néerlandophone de l’Ordre des Vétérinaires (NGROD)
    • la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Gand (UGent)
    • la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Liège (ULg)

    pharma.be est l’un des membres fondateurs de l’AMCRA.

    Lutte contre L'antibioresistance en médecine vétérinaire en Belgique: 

    2017 est la meilleure année depuis la mise en place des objectifs communs de réduction d’utilisation d’antibiotiques fixés par l’AMCRA, les Autorités et les secteurs signataires de la « convention antibiotique » du 30 juin 2016. Une réduction de 7,4% de l’utilisation globale d’antibiotiques en médecine vétérinaire par rapport à 2016 a été réalisée.

    Deux des trois objectifs stratégiques ont en outre d’ores et déjà été largement atteints :

    1. une réduction cumulative de 84% de l’utilisation d’antibiotiques critiques (pour un objectif de réduction de 75% fin 2020).

    2. une réduction de 66,6% pour les aliments médicamenteux à base d’antibiotiques (pour un objectif de réduction de 50% fin 2017).

    Pour consulter le communiqué de presse d'AMCRA, cliquez ici.

    Découvrez le rapport complet en cliquant sur ce lien : belvet-sac_rapport_2017

    L'analyse de notre expert Davy Persoons, coordinateur Animal Health pharma.be

    Le rapport BelVet-SAC, publié fin juin montre que la consommation d’antibiotiques chez les animaux a à nouveau diminué de 7,4 % depuis 2016. Par rapport à l’année de référence 2011, l’utilisation d’antibiotique a baissé de plus d’un quart (-26%). Ceci est le résultat d’une collaboration intensive entre les autorités et tous les secteurs concernés. Cette collaboration, qui a débuté en 2012 avec la création de l’AMCRA, le centre de connaissances concernant l'utilisation et les résistances des antibiotiques chez les animaux, a été pérennisée en juin 2016 grâce à une convention entre la ministre fédérale de la Santé Publique Maggie De Block et le ministre fédérale de l’Agriculture Willy Borsus.

    Cette convention fixe trois objectifs majeurs :

    • Une baisse de 50 % de la quantité d’antibiotiques apportés par les aliments pour animaux d’ici fin 2017.

    • Une baisse de 75 % de la quantité d’antibiotiques d’importance critique d’ici fin 2020.

    • Une baisse de 50 % de la quantité totale d’antibiotiques utilisés chez les animaux d’ici fin 2020.

    (par rapport à l’année de référence 2011).

    D’ores et déjà, les deux premiers objectifs ont été atteints:

    • Fin 2017, la quantité d’antibiotiques utilisés dans les aliments médicamenteux enregistrait une baisse de 66% par rapport à 2011.

    • La quantité d’antibiotiques d’importance critique a baissé de plus de 84 % trois ans avant la date prévue.

    • Pour le dernier objectif, une baisse de 50 % de la quantité totale d’antibiotique, d’ici fin 2020, nous sommes à mi-chemin.

    Ceci démontre que les agriculteurs et les vétérinaires travaillent davantage à la prévention des maladies animales et n’opèrent pas un glissement d’une catégorie d’antibiotiques vers une autre. La prévention des maladies animales porte ses fruits. Si les animaux ne tombent pas malades, ils ne doivent pas être traités par antibiotiques. En misant sur la biosécurité, les mesures préventives et la vaccination, la consommation continuera de baisser régulièrement de manière rationnelle. Cependant, une suppression totale de l’utilisation des antibiotiques ne sera jamais possible. Les animaux malades ont en effet le droit d’être traités, tout comme les êtres humains. C’est en réservant ces médicaments aux cas où ils sont vraiment nécessaires que nous pourrons limiter au mieux une augmentation l’antibiorésistance, et préserver ainsi l’efficacité de nos antibiotiques le plus longtemps possible.

    Une telle approche sectorielle, comme celle d’AMCRA, soutenue par les autorités et en concertation avec celles-ci témoigne d’une collaboration unique. La Belgique a été un des premiers pays européens à aborder la menace de l’antibiorésistance de cette manière. Et les résultats montrent que cela fonctionne. Cette collaboration nous permet de réduire de façon rationnelle la consommation d’antibiotiques chez les animaux, grâce à une approche durable bénéficiant d’un large soutien, et ce tout en préservant la santé et le bien-être animal.

    Davy Persoons
    Lire la suite
  • Publications

    La brochure Animal Health expose les priorités du groupe au sein de pharma.be :

    Lire la suite
  • pharma.be Animal Health

    Focus

    Division importante de pharma.be, pharma.be Animal Health (AH) représente les entreprises qui se spécialisent, en Belgique, dans les médicaments à usage vétérinaire. Elle s’efforce en concertation avec le gouvernement et ses partenaires de garantir dans notre pays un accès rapide aux traitements vétérinaires innovants et de haute qualité, et ce dans une optique durable. pharma.be AH compte 14 membres et est membre effectif de HealthforAnimals et AnimalHealthEurope.

    Facts & figures

    Le groupe Animal Health institué au sein de pharma.be :

    • compte 14 membres
    • représente quelque 1.300 médicaments à usage vétérinaire
    • accorde une grande importance à la prévention et aux vaccins : en 2017, pas moins de 222 vaccins à usage vétérinaire étaient disponibles en Belgique

    Membres de pharma.be Animal Health

    Lire la suite